FIPA 2017 – Une cérémonie d’ouverture placée sous le signe de l’interactivité

19h30, Gare du Midi à Biarritz, Bruce Toussaint fait les 100 pas en bord de scène. D’un ton léger, il ouvrira dans quelques instants la trentième édition du Fipa. La salle se remplit progressivement d’anciens et de nouveaux, de jeunes et de moins jeunes. C’est par ailleurs ce que constate le maître de cérémonie qui s’empresse de rappeler à quel point les nouveaux modes de consommation du jeune public inspirent les créateurs audiovisuels ; « Un film c’est un snap en plus long » plaisante-t-il. Créer du lien, faire du public un réel téléspectacteur, voilà l’un des enjeux de ce FIPA 2017 où l’interactivité est au centre de toutes les attentions. Le choix du film d’ouverture en est d’ailleurs la preuve : pour la première fois un film interactif, Tantale, a la lourde tâche d’introduire cette semaine de compétition.

Naturellement, l’interactivité a été le mot d’ordre des discours qui ont suivi l’introduction de Bruce Toussaint. Celui du président Didier Decoin, qui a rendu un court mais émouvant hommage à Rémy Pflimlin disparu récemment, rappelle l’ambition qu’a le FIPA de se tourner vers l’avenir, d’inventer, d’innover. La TV n’est pas morte, elle peut prendre d’autres formes, doit se libérer, « sortir de son écran » afin de s’adapter aux nouveaux enjeux, aux nouveaux publics. Contredisant avec sympathie l’une des nombreuses déclarations du célèbre Chat de Philippe Geluck qui affirmait : « Les écrans de télévision sont de plus en plus plats… et bizarrement, les programmes aussi », le président du FIPA entend prouver l’évolution positive d’un secteur audiovisuel de plus en plus critiqué. Sans intérêt, les programmes présentés au FIPA ne le sont certainement pas ! L’an passé, ils étaient des « lanceurs d’alerte », cette année, ils auront pour objectif de trouver une thérapie pour un monde en crise, d’ouvrir de nouvelles voies, en somme, de construire le futur.

À l’occasion du trentième anniversaire du programme Erasmus, le FIPA donne une nouvelle fois la parole à la jeune génération européenne par l’intermédiaire du prix éponyme lancé en 2015 et composé de treize membres et d’autant de nationalités différentes simvastatin 5mg. Rencontrant un réel succès, ce jury est un symbole des ambitions du FIPA : allier jeunesse, renouveau et interaction culturelle.

Du côté de la salle, les membres des différents jurys sont tour à tour applaudis. Même lorsque l’un d’entre eux manque à l’appel, Bruce Toussaint, à l’aise dans l’exercice, dissipe toute gêne par un trait d’esprit et fait sourire une nouvelle fois un public déjà acquis. Bonne ambiance donc, l’équipe de Tantale, menée par les producteurs Jérémy Pouilloux et Alexandre Hallier, peut sereinement s’avancer sur scène et présenter l’expérience que va vivre ce public à la fois quelque peu perplexe (à notre droite un couple de sexagénaire est hésitant) et curieux (cf. http://atelierproduction-inasup.com/tantale-film-interactif-ouvre-fipa/).

Une fois les smartphones connectés au réseau du film Tantale (à part les windows phone, pas de chance), la salle est prête…

…la 30ème édition du FIPA est officiellement ouverte !

Jean Soulard & Arthur Bon

Crédit photo : © Photomobile/2017