A la recherche de Douglas Sirk

De nombreux thèmes ont été programmés par la machine à voyager dans le temps installée à Bologne, parmi lesquels « A la recherche de la couleur : Kinemacolor et Technicolor », qui m’a permis de découvrir davantage du cinéma de Douglas Sirk avec la projection de trois de ses célèbres mélodrames : Magnificent obsession (Le Secret magnifique, 1954), Written on the wind (Ecrit sur du vent, 1956) et All that Heaven Allows (Tout ce que le ciel permet, 1955), chacun avec Rock Hudson parmi les acteurs principaux.

Comme Alfred Hitchcock, Douglas Sirk (de son vrai nom Detlef Sierck) était européen et avait déjà réalisé une dizaine de films en Allemagne dans les années 1930, avant de tourner à Hollywood jusqu’en 1959. Né en Allemagne en 1897, il a entre autres étudié l’histoire de l’art et a été metteur en scène de théâtre à succès avant de se tourner vers la mise en scène au cinéma. On peut d’ailleurs supposer que cette formation artistique très étendue a par la suite eu un rôle majeur dans sa conception du mélodrame et pour la composition esthétique de ses œuvres cinématographiques. C’est en 1934, à l’aube du IIIe Reich, que sa carrière cinématographique a commencé, avant de se poursuivre aux Etats-Unis dès 1937, après avoir échappé à l’Allemagne nazie.

Aujourd’hui, Douglas Sirk est principalement connu pour ses mélodrames flamboyants réalisés à Hollywood dans les années 1950, grâce au procédé du Technicolor trichrome. Auparavant réservé aux productions à gros budget (films historiques, western, comédies musicales), le Technicolor s’est ensuite répandu dans les années 1940 et notamment au genre du mélodrame, devenu essentiel à Hollywood. Souvent méprisés à leur sortie par la critique, les films de Douglas Sirk sont désormais considérés comme des « classiques hollywoodiens », des drames dôtés d’une puissance visuelle et émotionnelle inscrits dans la bourgeoisie américaine de cette époque.

Lauren Bacall dans Written on the wind

Les œuvres mélodramatiques de Douglas Sirk sont loin d’être superficielles et destinées aux femmes hypersensibles (on parlait à l’époque de women films), mais sont bel et bien porteuses de thématiques universelles et intemporelles. Preuve en est qu’elles sont parvenues à toucher et à inspirer des cinéastes comme l’Allemand Rainer Werner Fassbinder et l’Américain Todd Haynes, et ce à des époques totalement différentes. Le film Angst essen Seele auf (Tous les autres s’appellent Ali, 1974) transpose l’histoire d’amour du film All that Heaven Allows dans l’Allemagne des années 1970 entre une veuve allemande et un immigré marocain, tandis que Far from Heaven (Loin du paradis, 2002) va plus loin en empruntant au film de Douglas Sirk des éléments narratifs mais aussi esthétiques, comme en hommage à son oeuvre.

Dennis Haysbert et Julianne Moore dans Far from Heaven

Si le festival Il Cinema Ritrovato offre l’occasion de découvrir ou redécouvrir des films en version restaurée, les spectateurs peuvent également apprécier des projections avec des copies d’origine, comme ce fut le cas avec les films de Douglas Sirk qui provenaient de la collection de l’Academy Film Archive. Malgré les défauts perceptibles, causés par les traces laissées par le temps sur les pellicules, le plaisir de se laisser porter par ces drames colorés reste intact.

Robert Mitchum mis à l’honneur d’Il Cinema Ritrovato 2017

Le centenaire de 1917 a occupé une majeure partie (cinquante films) du festival Il Cinema Ritrovato ; mais en dehors des films produits cette année-là, c’était aussi l’occasion de fêter les cent ans de la naissance de Robert Mitchum – ou de commémorer les vingt ans de sa mort. Figure énigmatique de l’affiche de l’édition de cette année, Mitchum a rempli une bonne part de la programmation.

Continuer la lecture de Robert Mitchum mis à l’honneur d’Il Cinema Ritrovato 2017

Le hasard fait bien les choses

Le festival Il Cinema Ritrovato nous emporte vers des pépites. La fête à Henriette de Julien Duvivier (1952) en fait partie.

Bologne et son festival, Il Cinema Ritrovato, au-delà de l’émerveillement face au patrimoine cinématographique mis en valeur, c’est tout une organisation… Pour la mise en place du festival lui-même, mais aussi pour le public. Derrière l’enthousiasme à l’idée des films projetés se trouve un agencement de l’emploi du temps qui se doit d’être réfléchi. Et lorsque les horaires ne correspondent plus, que les projections des films se chevauchent et qu’il faut faire des choix, nous nous retrouvons parfois dans des salles dont nous ne connaissons rien des films. C’est alors au hasard d’abattre ses cartes !

Continuer la lecture de Le hasard fait bien les choses

Bologne : une arrivée en péniche.

Parce que nous ne nous doutions pas qu’en Italie, un film en noir et blanc des années vingt en version originale sous-titrée peut encore déplacer les foules, nous sommes arrivés un quart d’heure avant le début de la projection, face à plusieurs centaines de chaises occupées, contraints de voir, par 37° C, assis sur les pavés engorgés de soleil, le chef d’œuvre de Jean Vigo tourné en plein hiver. Notre premier contact avec Bologne a donc été une contradiction sensuelle, entre l’odeur du pavé chaud et le noir et blanc glacé de l’écran de toile.

L’introduction de Nicolas Seydoux (Gaumont), Costantin Costa-Gavras (Cinémathèque française) et Margaret Bodde (The Film Foundation) a fait écho à la présentation des rushes de l’Atalante qui avait eu lieu quelques mois plus tôt lors de l’Orphan Film Symposium à la Cinémathèque française, où il a beaucoup été question du froid par lequel le tournage s’est déroulé. Des rushes où l’on perçoit la souffrance des acteurs, qui s’emmitouflent dans des couvertures dès la fin de leur scène, mais aussi les plans sur les arbres enneigés, sans feuilles et l’eau gelée, coupés au montage car la jeunesse de l’amour ne se représente qu’au Printemps et que Jean Vigo a voulu faire illusion. Même Météo France, autrefois Office national météorologique, garde souvenir des températures négatives de l’hiver 1933, survenu en pleine crise économique : « Sur la Seine, les glaçons sont si énormes que la navigation doit être interrompue entre Rouen et Paris, mais le fleuve ne gèle pas complètement. ».

Il y avait aussi la chaleur du public italien, celle dont on rêve lorsqu’on a vu Cinema Paradisio : son brouhaha, ses fumées de cigarettes, ses applaudissements, ses rires éclatant à tout moment et se propageant à toute l’assemblée.

A la nuit tombée, les premiers plans de L’Atalante inondent la Piazza Maggiore. Inonde, car c’est bien cela dont le film parle : une vague de beauté et de délicatesse, un noir et blanc sublime et des acteurs terriblement touchants. Si, comme l’explique Juliette, le visage de l’être aimé apparaît sous l’eau à celui qui ose y ouvrir les yeux, nous passons une heure et demie sous l’eau avec eux, les yeux grands ouverts, subjugués. 

Lorsque Juliette (Dita Parlo) épouse Jean (Jean Dasté), elle accepte de le suivre sur sa péniche, « L’ Atalante », et donc de vivre recluse avec son mari et l’équipage : le père Jules (Michel Simon, magnifique de tendresse), son mousse (Louis Lefebvre) et une famille de chats. Cette vie s’avère vite frustrante et compliquée pour Juliette, qui décide de s’enfuir pour découvrir Paris. 

Flottant dans un monde à eux, décalé de la ville et de la vie, comme dans un rêve, les habitants de « L’ Atalante » se détachent des contraintes du réel et Jean Vigo avec eux. Le réalisateur se libère du cinéma de son époque et avec lui, ses personnages. Si ce film est d’une délicatesse sans nom, il est aussi celui de la passion, de la fusion des corps des deux amants, fous amoureux. On notera ce sublime plan par surimpression, qui réunis les corps du couple séparé dans un même plan, leur permettant de se retrouver et de faire l’amour. Magique, c’est aussi le caractère de ce film : les plans de la mariée sous l’eau, rejoint par Jean sont légendaires. Dans une danse sous-marine tragique et sublime, les amants, les yeux ouverts, se réunissent sous l’eau, formant un couple fantôme éternel et emportant Jean Vigo avec eux.

Annabelle Le Gallou & Lucia Joncourt.

Ma rencontre avec Jean Douchet au festival de Bologne

Que de découvertes cette année, au festival Il Cinema Ritrovato! Des films classiques comme l’Atalante de Jean Vigo diffusé place Maggiore ; Med Hondo, un réalisateur engagé, et notamment son très beau film Sarraounia ; des films iraniens datant des années 1950, où les femmes sont cheveux au vent et vêtue à la mode occidentale à travers les films du cinéaste Samuel Khachikian, … Et une très belle soirée de clôture avec la présence d’Agnès Varda et JR qui présentaient leur film Visages, Villages. Mais au cœur de ce festival, j’ai croisé de nombreuses fois un visage, qui m’est devenu familier, celui de Jean Douchet.

Continuer la lecture de Ma rencontre avec Jean Douchet au festival de Bologne

Le génie Emile Cohl, pour la première fois au festival de Bologne

Je souhaiterais consacrer cet article à un de mes coups de cœur du Festival Il Cinema Ritrovato, édition 2017 : La projection de certains courts-métrages du caricaturiste et créateur de dessins animés français Emile Cohl. Gaumont et Pathé ont uni leurs forces afin de restaurer numériquement ces films, pour la première fois présentées au festival. Deux séances de projection ont été prévues, le 25 et 27 juin, d’une quinzaine de films d’animation réalisés à Gaumont entre 1908 et 1910 et quatre productions Pathé à partir de 1911.

Continuer la lecture de Le génie Emile Cohl, pour la première fois au festival de Bologne