DOTS (Digital Optical Technological System) : stocker éternellement des données deviendrait-il possible ?

Dimanche 24 juin, Auditorium DAMSLab de la Cineteca di Bologna. 
 
Pour l’une de ses multiples conférences au prestigieux festival de Bologne, la FIAF Restauration Summer School décide de s’intéresser au DOTS (Digital Optical Technological System). D’abord introduit par le grand Vittorio Storaro, chef opérateur pour de nombreux films de Francis Coppola, Woody Allen ou encore Dario Argento, c’est Robert Hummel, président du Group 47 qui présenta au public ce projet audacieux. 
 
L’origine de ce projet part d’une constatation simple : comment restituer au public sur le long terme les conditions originelles de projection d’un film ? La conservation des données numériques est devenue un enjeu majeur pour les cinémathèques, et également en ce moment, l’une des préoccupations principales de la FIAF.*  Des problèmes d’actualités donc, que le Group 47 s’engagerait à résoudre. Crée en 2008, le Group 47 a pour objectif de sécuriser les brevets, la conception et le processus de fabrication du DOTS, une nouvelle technologie d’archivage développée par Eastman Kodak Company. 
 
Qu’est-ce que le DOTS ? 
 
Le DOTS permet de conserver des données numériques plus de 100 ans. Non magnétique et chimiquement inerte,  ce support est  immunisé contre les champs électromagnétiques et surtout peut être stocké dans un environnement dont la température peut varier entre -9° et 65° degrés !  (15° à 150° F) De plus les données sont lisibles à l’oeil nue, puisque inscrites en binaire sur le support et comme sur la  pierre de rosette, une notice est gravée sur le côté gauche, dans le but de permettre sur un long terme un décryptage simple des données. 
Au-delà d’une conservation pérenne, les motivations du Group 47 résident dans le fait de vouloir restituer le contenu stocké dans une qualité optimale.  Vittorio Storaro abordait en introduction à quel point la projection dénature la couleur, l’émulsion même  de la pellicule. Une conservation sur DOTS permettrait de maintenir la couleur dans le temps, les négatifs une fois scannés seraient stockés et inaltérables. 
« Plus de migration, vos données seront conservées et lisibles pour toujours! » s’exclame Robert Hummel. Révolution ? Certes ce nouveau moyen de stockage apparaît comme salvateur dans le monde de l’archivage.
 
Cependant, les données numériques sont par principe en constante évolution et mutation, comment peut-on s’assurer de leurs lisibilités sur un aussi long terme? 
 
De plus, les migrations et le stockage des données génèrent des sommes conséquentes pour les GAFA (Amazone Drive, Google Drive) Le DOTS apparaît alors comme un frein pour les géants du web qui verraient diminuer un pendant majeur de leurs économies… Le Group 47 est en recherche active de financement depuis le lancement du projet, dans l’espoir de voir un jour le DOTS révolutionner la conservation numérique.
Louise Gerbelle