ALBERT SAMAMA CHIKLY, UN PIONNIER DU CINEMA TUNISIEN

Contemporain de l’invention du cinématographe, Albert Samama Chikly (1872-1934) est un pionnier du cinéma tunisien. Davantage connu pour ses deux films de fiction  Zohra (1922) et La Fille de Carthage (1924), son travail documentaire restait quant à lui inexploré. Avec la projection de plusieurs de ses films à la Cineteca et l’exposition de certaines de ses photographies à la Sala Borsa, Il Cinema Ritrovato exhume enfin ces archives dormantes.

Ainsi, les festivaliers ont pu découvrir plusieurs de ses prises de vues  documentaires, comme La Pêche au thon en Tunisie (1905) ou le Concours de motoculture de Tunis (1908).

Pêche au thon
Photographie du tournage de La Pêche au thon en Tunisie.

Engagé comme reporter dans l’armée française durant la Première Guerre mondiale, Samama Chikly a également réalisé de nombreuses images du front à l’instar Des Marocains devant Verdun en mars 1918 ou Le retour à Reims au printemps 1919. Ces images et photographies sont aujourd’hui pour la plupart conservées en France à l’ECPAD.

Cinéaste et reporter de guerre, Samama Chikly était aussi un inventeur de génie. Issu d’une riche famille commerçante de Tunis, il disposait des moyens et des relations utiles pour mener ses expériences scientifiques et fantaisistes. La découverte de ses entreprises de vues aériennes, sous-marines ou radiographiques témoignent de son ingéniosité.

Les vues aériennes étaient réalisées depuis une montgolfière.
Les vues aériennes étaient réalisées depuis une montgolfière.

Mais il semble que la valorisation de l’œuvre d’Albert Samama Chikly peut s’inscrire dans un cadre de recherche plus vaste. En effet, la redécouverte du travail de Chikly s’inscrit dans une dynamique panafricaine de réécriture de l’Histoire, qui défend la reconnaissance d’un cinéma africain porté par des Africains.

Dans un entretien réalisé pendant le festival, Mohamed Challouf nous explique la valeur des archives cinématographiques dans la construction en Afrique d’une mémoire collective et d’une conscience patrimoniale.

Pour en savoir plus sur le projet « Cinéma au Musée » de Mohamed Challouf : www.herglacinema.org

Cette programmation a entre autre été portée par Mohamed Challouf, réalisateur et directeur des Rencontres d’Hergla (Tunisie), par Aboubakar Sanogo, chercheur en Études Cinématographiques à la Carleton University d’Ottawa (Canada), par Cecilia Cenciarelli en charge à l’Immagine Ritrovata des projets de restauration en partenariat avec la Fondation World Cinema Project de Martin Scorcese, et l’historienne Mariann Lewinsky.

Entretien réalisé par Marie Termignon, Leïla Hincelin, Juliette Fattal et Antoine Menou.