Archives de catégorie : Documentaires

L’hôpital où l’on soigne les corps et les cœurs des femmes

Sorti en 2014 et en compétition au FIPA DOC 2019, Congo, un médecin pour sauver les femmes, naît d’une réflexion personnelle : comment espérer que les européens s’intéressent aux problèmes de guerres en Afrique, lorsque les africains expatriés peinent à s’y intéresser eux-mêmes ? C’est la réflexion que se fait la réalisatrice sénégalaise Angèle Diabang à la lecture d’un article dépeignant le travail de Denis Mukwege.

Continuer la lecture de L’hôpital où l’on soigne les corps et les cœurs des femmes

Entre documentaire et comédie musicale : Les Petits Maitres du Grand Hôtel

 

 

« Nous dans la cuisine,
On a l’oreille fine,
Tournedos Ro-rossini,
Si ça sent le roussi-i-i ».

Au FIPA Doc, un cinéaste réussit l’exploit de faire chantonner les centaines de spectateurs de la Gare du Midi avec un filet de boeuf surmonté d’une tranche de foie gras.

Les Petits Maitres du Grand Hôtel, de Jacques Deschamps, relève le pari d’un film à la croisée du documentaire et de la comédie musicale. Pendant un an, le réalisateur a suivi les étudiants et apprentis de l’école hôtelière de Grenoble. C’est au sein de l’Hôtel Lesdiguères que nous découvrons les longues journées où s’alterne la chorégraphie de la cuisine, du service et du ménage. Chorégraphe, au sens originel, Jacques Deschamps, fait danser et chanter ces jeunes qui livrent aux spectateurs ravis une harmonie de travail et de spectacle. 

Continuer la lecture de Entre documentaire et comédie musicale : Les Petits Maitres du Grand Hôtel

Les Cobayes du cosmos: Confidences d’astronautes. de Jean-Christophe Ribot (Fr., 2018, 90 min)

Intimité cosmique

   Au FIPA a été projeté le film Les Cobayes du cosmos: confidences d’astronautes de Jean-Christophe Ribot, un documentaire scientifique étonnant de 90 minutes ayant été produit pour France 5. 

Neufs astronautes et les archives époustouflantes de leurs missions dans l’espace narrent les aléas de leur métier et leur passion pour celui-ci. On y découvre une carrière où la mise à l’épreuve physique est perpétuelle.

Dès les premiers essais d’envois d’individus dans l’espace jusque la recherche actuelle axée sur le  bien-être dans les capsules, la conquête spatiale a toujours rimé avec le don de soi de plusieurs cobayes cosmiques. Vomissements à cause de l’apesanteur, muscles qui fondent, os fragilisés, dépression, trouble psychologiques, pression mentale, dérèglement du cycle du sommeil, les différents entretiens menés sur fond blanc nous font découvrir une réalité moins polissée du quotidien d’un corps humain dans l’espace.

Le film nous raconte la lutte constante de l’homme et de son naturel qui le rattrape jusque dans les étoiles. Grâce aux archives des vidéos d’observation des fusées on retrouve les cosmonautes interviewés dans leur quotidien au sein de leur capsule, illustrant le propos des entretiens, et nous donnant dans la durée du film un avant-goût du confinement qu’impose le voyage.

Face à la caméra, c’est une chaise solitaire au milieu d’une étendue blanche : en s’asseyant dedans, les astronautes qui acceptent de se livrer redeviennent, figurativement, ces points minuscules dans l’espace qui les fascine tant. En effet, c’est avant tout à travers cette détermination sans pareille, ce désir confinant à l’insensé qui les a menés sur la voie ardue de l’aventure spatiale qu’ils nous sont introduits. La rude sélection qui se dresse entre eux et leur rêve est une crainte constante qui les pousse toujours plus à prendre sur eux, à dissimuler leurs moments de faiblesse et à redoubler d’efforts. “Les astronautes se cachent pour vomir” nous apprend-on ainsi. Pourtant, dans cet environnement hostile, dans lequel l’homme n’est pas fait pour exister, comment pourrait-on attendre d’eux qu’ils soient tout à fait à leur aise ? La conquête de l’espace, c’est ainsi avant tout le récit d’une lutte acharnée, celle de la science et de la machine contre les failles du corps et de l’esprit qu’elles cherchent à dompter.

Comme quelques illustrations métaphoriques prendront soin de nous le rappeler, les astronautes sont pareils à des poissons hors de l’océan, qui ne peuvent survivre que dans le confinement de leur bocal. Cette précarité de l’environnement est par ailleurs indissociable d’une précarité mentale puisque, passée une première phase d’émerveillement, les réalités du quotidien dans une capsule les rattrapent bien vite : des années d’entraînement et de mise à l’épreuve ne peuvent véritablement y préparer. Pourtant, derrièrecette poignée d’élus qui a la chance de se rapprocher des étoiles, existe tout un tissu d’hommes et de femmes de l’ombre qui mettent leurs compétences à leur service. Neurologues, psychiatres, biologistes… le documentaire, en allant également à leur rencontre, laisse entrevoir la variété et la portée des questions que pose la survie de l’être humain loin de sa planète-mère.

A l’heure où les ingénieurs rivalisent pour mettre au point des fusées toujours plus performantes, cette rencontre du facteur humain, “maillon faible de la chaîne”, nous rappelle qu’en dépit de nos aspirations grandioses, nous restons à la merci de notre fragile condition, et que ceux qui sont propulsés en orbite, des milliers de kilomètres au-dessus de notre planète, ne font pas exception. Un inventaire des défis à relever qui suggère le chemin qu’il reste à parcourir avant la concrétisation de la nouvelle grande ambition des agences spatiales : la course vers Mars.

Un article de Lila G.  et Neiha B.

Continuer la lecture de Les Cobayes du cosmos: Confidences d’astronautes. de Jean-Christophe Ribot (Fr., 2018, 90 min)

[Sunny Side] France Télévision à l’heure de la Réforme de l’audiovisuelle.

C’est un Yves Jeannot guilleret qui introduit cette conférence très attendue par les producteurs de documentaires. Ce line-up de France Télévision se déroule dans un contexte de grands débats intenses sur l’avenir de l’audiovisuel public. La fameuse grande réforme est dans toutes les têtes et quelques éléments de réponse ont pu être apporté.

Delphine Ernotte, présidente du groupe France Télévisions en personne, est venue présenter la nouvelle politique de documentaires de France Télévision. Ainsi, le groupe se tourne désormais vers les nouveaux médias, de nouveaux formats et de nouveaux usages. Une opportunité, selon elle, de s’affranchir des contraintes du linéaire, d’innover et de toucher les personnes qui ne regardent pas la télévision traditionnelle. La présidente a appelé à faire cette révolution « ensemble » en s’adressant à la foule de producteurs présent dans la salle. Elle a voulu les rassurer en promettant que le budget à la création était « sanctuarisé ».

Continuer la lecture de [Sunny Side] France Télévision à l’heure de la Réforme de l’audiovisuelle.

[Sunny Side] Produire en Région

Ce mercredi 27 juin Olivier Montels directeur délégué de France 3, en charge du réseau régional de la chaîne et Patrice Shumacher directeurs des antennes et des programmes régionaux présentaient aux nombreux producteurs ancrées localement ou parisien la politique en matière de production prise par la chaîne.

Tout d’abord Olivier Montel a tenu à souligner la vitalité actuelle du documentaire régional. Sous toutes ses formes, à la fois avec France 3 mais aussi les chaînes locales privées, acteur essentiel du documentaire de création. Les Étoiles de la Scam ont souligné la qualité, l’exigence et la vitalité de cette production à petit budget. Une évolution importante pour ce type de production gagnant ses lettres de noblesse, malgré une exposition pour tous les publics peu importante. Sur les documentaires, France 3 Régions en produit près de 200-240 films par ans. Un chiffre imposant même si les projets sont peu financés et surtout en apport industriel.

L’appétit des producteurs présent dans la salle se faisait gros à l’heure de la « régionalisation » promise par la réforme du service public en cours. L’idée est de laisser plus de place sur la chaîne aux programmes locaux, ancrés dans son territoire. Raconter la France, car ces producteurs sont « mieux placer pour raconter la France d’aujourd’hui » celle des « 80% qui ne vivent pas à Paris ». Pourtant peu de réponse précise ont pu être apporté, faute d’une enveloppe budgétaire précise malgré l’exposition de quelques idées.

Continuer la lecture de [Sunny Side] Produire en Région

Les enfants du 209 rue Saint-Maur : mémoires de l’Autrefois

Les Enfants du 209, rue Saint-Maur, Paris Xe
Film documentaire en compétition dans la catégorie Documentaire National.


Réalisé par Ruth Zylberman
Une coproduction Zadig Productions et Arte France.

Dans son dernier long-métrage documentaire, Ruth Zylberman retrace l’histoire d’un personnage quelque peu atypique : l’immeuble du 209 rue Saint-Maur.

C’est en filmant ce lieu que la réalisatrice a mis en lumière l’histoire des enfants ainsi que de leur famille y ayant habité avant la rafle du 16 juillet 1942.
Continuer la lecture de Les enfants du 209 rue Saint-Maur : mémoires de l’Autrefois

« Rançon », le prix des hommes

« … et le prix de l’homme fut déterminé par le prix des choses… » Saint-Just

Rançon, film documentaire dans la catégorie Prix du Public –  2017 – 94 minutes

Une coproduction ARTE et Little Big Story
Réalisateur : Rémi Lainé
Co-auteur : Dorothée Moisan
Productrice : Valérie Montmartin

Avec son film « Rançon » Rémi Lainé nous invite au coeur du système ultra secret et très juteux des compagnies d’assurance internationales, des négociateurs et des gangs en racontant les enlèvements d’anciens otages.

Avec les 30 000 enlèvements dans le monde chaque année, le business du kidnapping est un secteur économique très rentable pour ceux qui ont su en faire leur spécialité. Permis ce chiffre renversant, moins d’1% sont des enlèvements politiques ou terroristes. Seulement, quel qu’il soit, derrière chaque kidnapping existe une demande de rançon. Le documentaire « Rançon » nous mène de Londres à Paris, en passant par Abidjan, New-York, Copenhague, Kaunas ou encore dans tout le Venezuela, pays le plus dangereux au monde pour les enlèvements.
Continuer la lecture de « Rançon », le prix des hommes

39-45 : la guerre des enfants

Roger, Francine, Massin, Simone, Jean Louis, Tomi, Jean, Robert, Raymonde, Pierre et Loïc : 11 enfants de la guerre, 11 destins, 11 tragédies.

Dans ce documentaire, Julien Johan et Michel Durren abordent la seconde guerre mondiale d’une manière inédite, humaine et personnelle. A travers leurs journaux intimes et leurs témoignages, les 11 rescapés nous racontent ce qu’ils ont vécu. C’est émouvant, tragique, et dans la salle nous entendons les pleurs étouffés des spectateurs replongés dans l’horreur de 39-45.
Continuer la lecture de 39-45 : la guerre des enfants

Over The Limits ou l’exigence du haut-niveau.

                 Dans le cadre du Festival International des Programmes Audiovisuels, le FIPA, il était présenté le deuxième film de la sélection documentaire internationale Over The Limit. Ce film retrace la préparation de la gymnaste rythmique Russe Margarita Mamun pour les Jeux Olympiques 2016 de Rio.

              C’est une plongée dans un monde de strass et paillettes que nous propose la réalisatrice Marta Prus. Dans le monde de la gymnastique rythmique, derrière la compétition et la beauté des routines se cachent une réalité terrible. Le sport de haut-niveau ne pardonne aucune erreur, surtout dans l’équipe olympique Russe.

           C’est en suivant la préparation pour les Jeux Olympiques de Margarita Mamun dit « Rita » que l’on découvre l’exigence du haut-niveau. Aucun écart, aucune erreur n’est pardonné même si l’on se trouve au sommet des classements mondiaux. Deux coachs avec des caractères et des méthodes d’entraînements différentes tournent autour du personnage principal. Amina Zaripova, que l’on devine exigeante mais compréhensible cherchant la complicité avec l’athlète et Irina Viner, froide et implacable, à la recherche de la moindre perfection et sans-merci. Deux antagonistes, une méchante et une gentille conseillant Rita vers le même objectif : une médaille Olympique. Le Graal de tous les athlètes. Mais à quel prix ?

Continuer la lecture de Over The Limits ou l’exigence du haut-niveau.