Archives de catégorie : SUNNY SIDE

De l’art de modérer un panel

Le festival du Sunny Side of the Docs est l’occasion pour de nombreux professionnels de rencontrer de futurs partenaires, d’assister à des conférences, à des sessions de pitchs… Au milieu de tout ce petit monde, un personnage a tendance à être un petit peu oublié, le modérateur.

Suivant les panels ou les pitchs, il est chargé d’animer la conversation, de relancer le débat, d’interroger les éventuels acheteurs des projets pitchés… Souvent spécialiste du sujet, son rôle est essentiel. Mais surtout n’allez pas dire que tous les modérateurs se ressemblent, vous risqueriez de les mettre en colère! Chacun a son style bien particulier.  Il y a les discrets, les effusifs. Les sérieux, les un peu moins. Ceux qui blaguent avec le public. Ceux qui ont tendance à laisser complètement la main aux membres du panel et ceux qui ne dévient pas d’un pouce la trajectoire imaginée pour la conférence etc.

Un des exercices du modérateur que je préfère regarder se déroule pendant les sessions de pitch. Quand le moment est venu pour les distributeurs d’offrir leurs commentaires sur le pitch qu’ils viennent d’entendre, notre héros oublié se met à accomplir une performance tout à fait extraordinaire. Les questions ou les commentaires se faisant attendre, le modérateur doit alors alpaguer les différents diffuseurs dans la salle. Le moment peut être alors ou très gênant ou très drôle (parfois les deux). Imaginez un instant le modérateur essayant de tirer les vers du nez aux diffuseurs afin qu’ils expliquent sur le programme correspond ou non à leurs cases. Imaginez maintenant un diffuseur qui n’a aucune idée (ou envie) de quoi répondre et qui se voit interpeler et  ainsi projeter sur le devant de la scène. Les réponses produites sont certes le plus souvent constructives. Mais on n’échappe pas à la réponse monosyllabique d’un diffuseur pour le moins peu enthousiaste.

Enfin, il arrive qu’un modérateur sorte du lot, un de ceux qui marquera une génération entière de producteurs, diffuseurs, acheteurs, réalisateurs etc. invités à modérer un panel ou une session de pitchs. J’ai donc décidé de conclure cet article en rendant hommage à tous les modérateurs éphémères mais talentueux de ce festival et de décerner le Sunny Globe du meilleur modérateur à John Farren qui a su, accompagné par Anett Sager, animer à merveille la Pitch Session : Eurovision Science.

Félicitations, M. Farren!

 

PITCH SESSION – SUNNY SIDE (Global Issues and Digital Creation)

Voici donc deux jours que nous, étudiants de l’Ina, nous sommes arrivés à la Rochelle. Ce fut l’occasion pour nous de voir une multitude de choses, cela nous a permis de rencontrer différentes personnes mais également d’autres formations comme la Filmakademie.

 

Hier pour ma part, j’ai décidé d’aller voir comment se déroule une Pitch Session. Je suis donc allé voir les pitch « Digital Creation » et les « Global Issues ».

Dans les deux cas, j’ai pu remarquer la qualité des projets présentés, mais si je devais retenir deux projets, pour la qualité intrinsèque du projet, premièrement mais également pour la présentation réussie, dans un second temps, ce serait :

Pour la pitch session « Digital Creation »: Anokua,The Guardians Of Balance, produit par Small Bang (Pierre Cattan, et présenté hier avec une des auteurs Gaitena Valbuena. Si vous ne connaissez pas le projet, c’est à la page 40 du guide « Projects & Programmes » du Sunny Side. C’est un projet plein d’humanité où nous partirons à la rencontre d’une nouvelle culture qui est très attachée à une vision alternative du temps et de l’espace. Ce projet se déclinera sous plusieurs formats dont la réalité virtuelle, point fort cette année du Sunny Side.

Pour la seconde Pitch Session, ce sera pour moi sans aucun doute Inside my box, produit par Yuzu Productions (Christian Popp). Merci à ce projet qui a vraiment ensoleillé ma journée hier, car c’est également un projet plein d’humanité. L’histoire d’une amitié sur 12 ans où deux protagonistes (Ale & Casey) partent à la rencontre des personnes qui vivent sur les différents lieux où se sont passées les plus importants combats de la décennie. Un beau projet que je vous encourage donc également à découvrir. (Page 44 du guide).

Maintenant il est temps de continuer ce très beau marché et donc rendez-vous ce matin à la Pitch Session « Arts & Culture ».

 

Bonne journée !

 

Fabien Stephan

Rattrapage : La présentation de France Télévisions au Sunny Side

Mardi 23 juin avait lieu au Sunny Side la présentation du line-up de France Télévisions, où intervenaient les responsables des unités documentaires de chaque chaîne du groupe. L’heure était aussi bien au bilan qu’à l’annonce des projets à venir, dans un climat un peu particulier, celui du renouvellement de la présidence de France Télévisions. Pourtant, pas d’allusions – ou presque – à cet évènement. Car la véritable star de la présentation était pour le coup le documentaire, sous toutes ses formes, ses écritures, ses thèmes, ses auteurs et ses producteurs. Bruno Patino, directeur général délégué aux programmes et aux antennes, a ainsi, en cette occasion, rappelé la place cruciale, à la télévision de service public, de « cette matière noble, riche, évolutive, protéiforme qu’est le documentaire ». Chaque responsable d’unité a ensuite réaffirmé ou précisé les lignes de force de chaque chaîne dans le domaine, mettant en exergue la complémentarité des identités et des cases, toujours dans ce souci de diversité cher au service public.

Continuer la lecture de Rattrapage : La présentation de France Télévisions au Sunny Side

The Discovery of the German Transmedia Scene: Things Are Changing

As an opening for this workshop, Frédéric Dubois declared that “Germany is less of a production than a sales location, but things have been changing since the last two or three years”.

The three speakers (Frédéric Dubois, Mathilde Benignus and Thorsten Unger) orientated the discussion around two genres: interactive documentaries and serious games.

Continuer la lecture de The Discovery of the German Transmedia Scene: Things Are Changing

La chronique du Pitch, édition Sunny Side

En ce lundi 22 juin, fraîchement débarquées au Sunny Side of the Doc, nous nous sommes ruées à la première session de pitch professionnelle.

Après nous être essayées à l’exercice pendant l’année, quoi de plus logique que d’aller voir comment cela se passe réellement ?

Cette première session de pitch avait pour thème « Global Issues ». Les projets présentés, vous l’aurez compris, tournent autour de sujets « coup de poing », qui prouvent que notre monde est à un tournant décisif. Cette couleur internationale donne tout son sens à la punchline de cette édition : Sunny Side Goes Wild.

Après un début hésitant et placé sous le signe du stress, la dynamique du pitch a su exercer sa fascination. Les spectateurs découvraient les 6 projets en compétition sous la forme d’un pitch de 7 minutes, trailers inclus, soumis aux impressions d’un panel de diffuseurs du monde entier. Un enjeu de taille pour ces « performers » de la parole.

Continuer la lecture de La chronique du Pitch, édition Sunny Side

Nordic Countries workshop : Worlds are colliding !

Transmedia or the world where everything is possible. This is how Annika Gustafson – Moderator (Boost HBG) tried to define transmedia projects. Actually transmedia represents a raw universe of different story telling possibilities. This year the Sunny Side #SSD15 is trying to shatter funding difficulties by putting together producers and new media commissioners to better understand the blooming world of transmedia filmmaking.
Continuer la lecture de Nordic Countries workshop : Worlds are colliding !

LA REFORME DU COSIP, Inquietudes et Espoirs

Le Sunny Side of the Doc de la Rochelle s’est ouvert cette année avec une présentation de la réforme du COSIP.

Dans la salle de l’Agora presque remplie, les producteurs de l’audiovisuel français s’inquiètent.

Quels sont les enjeux, les modifications et les attentes de cette reforme du compte du soutien des films documentaires ?

Les opinions sont mitigées.

Le documentaire est aujourd’hui le premier genre audiovisuel aidé et le deuxième genre le mieux exporté à l’international après l’animation. Après l’Angleterre et les Etats Unis, la France se présente aujourd’hui comme le troisième exportateur mondial des documentaires.

L’augmentation de la production de documentaires s’explique en grande partie par la hausse de la demande des chaines payantes ;  on constate une hausse de 43% de commandes de documentaires pour les chaines publiques nationales, 276% pour les chaines privées nationales gratuites et 60% de la part des chaines payantes. Il ne faudrait en outre surtout pas oublier que trois des meilleures audiences l’an dernier ont été faites par des documentaires.

Une réussite totale.

Cependant,  les documentaires dits de « création » continuent à se battre pour exister. La reforme du COSIP vise à soutenir ces productions fragiles, à encourager les documentaires historiques et scientifiques, à accroître la transparence du secteur et à continuer à encourager les capacités d’exportation et à améliorer la diversité de la production.

Cette reforme fait ainsi suite au rapport remis à la Ministre de la Culture et de la Communication en 2014, rédigé par J. Perrin, C. Lamour, C. Pinski et S. Gordey.

Et voici ce qui nous dit Serge Gordey, d’Alegria Productions autour du rapport et des enjeux futurs.


Libérer les écritures ? Plutôt libérer la diffusion pour le réalisateur Michel Daëron

Nous avons rencontré le réalisateur Michel Daëron ce mardi matin à l’issue d’une conférence sur la libération des écritures des documentaires de création organisée par le syndicat des agences de presse audiovisuelles (SATEV). Cette conférence, programmée le lendemain de la présentation de la réforme du COSIP du CNC, fut animée et de nombreuses réactions émanant de producteurs et de diffuseurs ont rythmé le débat. L’intervention de Michel Daëron, qui prônait une défense des écritures et une ouverture des regards sur le monde, nous a interpellé et nous avons eu envie d’en savoir plus.

Quel est votre regard sur le documentaire de création en France et sa diffusion ?

Pouvez-vous nous parler de cette idée de plateforme de diffusion des documentaires sur Internet ?

Les chaînes locales ont une place importante dans le financement des documentaires de création, comme le révèle le dernier palmarès des Etoiles de la Scam 2014. Qu’est-ce que cela révèle selon vous ?

Interview réalisée par Cyril, Florent & Marine