Le film restauré, à l’honneur en France et en Autriche

Ce midi, une conférence passionnante s’est déroulée à l’auditorium, sur de nouveaux espaces en projet mettant à l’honneur le film restauré.

Le président de la cinémathèque Gian Luca Farinelli avait convié trois personnalités importantes du cinéma: les français  Sophie et Nicolas Seydoux, et l’autrichien  Nikolaus Wostry.

Nicolas Seydoux a démarré la conférence en décrivant son projet de multiplexe dédié aux films restaurés. Situé rue des gobelins à Paris, cet ancien cinéma a été intégralement rénové, changeant légèrement de dénomination de « La Fauvette » à « Les Fauvettes ». L’ouverture est prévue en septembre 2015.  L’un des éléments quelque peu amusant a été les précisions concernant la consommation de nourriture et de boissons. Refusant toute nourriture bruyante, il n’y aura pas de vente de Pop Corn mais des aliments non bruyants et de l’excellent vin de Bordeaux, dégustable dans la buvette du cinéma.

Puis, Sophie Seydoux nous a parlé du nouveau siège de La Fondation Jérome Seydoux-Pathé. Initiative totalement privée, la construction du nouveau bâtiment a été confiée au célèbre architecte Renzo Piano. Situé dans un ancien Théâtre puis cinéma, le Rodin, le nouveau bâtiment comporte notamment un espace de consultation et de documentation, des lieux d’exposition permettent de montrer et de mettre en valeur les collections de la Fondation, et une salle de cinéma, dédiée au cinéma muet.

Enfin, Nikolaus Wostry nous a décrit le projet Metro Kino à Vienne consistant en une ancienne salle de théatre totalement rénovée « à l’ancienne » pour devenir un lieu de projection et de découverte des collections de la « Filarchiv Austria ».

IMG_7450

Laissant peu de temps au questions du public, cette conférence a été néanmoins bien animée et riche d’enseignements sur le succès progressif des films restaurés, sur des démarches originales de stockage (les boites en bois: cf photo de couverture) et sur les projets de valorisation en plein essor, faisant renaître des films que l’on croyait disparus.