L’élégante disgrâce

La disgrâce est un moyen-métrage documentaire écrit et réalisé par Didier Cros. Ce film dresse le portrait de cinq hommes et femmes dont le visage a été déformé par une maladie ou un accident. Par un subtil jeu de miroirs, les protagonistes de ce film font face aux spectateurs, mais aussi à eux-mêmes. Le réalisateur, que l’on aperçoit en arrière-plan du miroir, pose pour les spectateurs les questions qui les taraudent. 

De part leur histoire toutes aussi touchantes les unes que les autres, ce film traite du regard de l’autre et de l’acceptation de soi-même. À l’issue de la projection, le spectateur dépasse ses premières impressions et s’habitue à regarder ces visages d’une façon plus délicate et naturelle. Le format de ce documentaire de 67 minutes est, à l’image du film, hors-cadre. Le réalisateur a volontairement choisi cette durée afin de ne pas trop s’étendre dans un registre pathétique qui ne correspondrait pas à ses propos, tout en se permettant de garder ces cinq portraits intacts. 

En venant faire un shooting photo dans les mythiques studios Harcourt comme les plus grandes stars du cinéma, ces personnes habituellement mises à l’écart à cause de leur difformité, se retrouvent le temps d’une séance photo à la place de personnes idéalisées, qui régissent les standards de beauté. Maquilleurs, costumiers et photographes professionnels vont les accompagner dans cette reconquête de l’estime de soi. 

Un grand bravo à Didier Cros pour son projet qui a su nous toucher et nous faire réfléchir sur ce sujet peu abordé. 

Maëlle Brechoteau, Enzo Ferreira Borges