Les Naufragés du Fol Espoir : du théâtre à l’écran

Les Naufragés du Fol Espoir : du théatre au cinéma

Ariane Mnouchkine

2 X 1h30

Nous avions vu il y a deux ans la pièce d’Ariane Mnouchkine, Les Naufragés du Fol Espoir, dans un lieu unique : le théâtre du Soleil à la Cartoucherie de Vincennes. Cette pièce est un bel hommage au cinéma, elle met en scène une équipe de cinéastes en 1914, tentant d’adapter le roman de Jules Verne : Les Naufragés du Fol Espoir.

Ariane Mnouchkine, dès fin 2010, en parallèle des représentations théâtrales décide de porter à l’écran sa pièce. Elle sera produite par son ami de longue date, François Duplat, producteur de la société Bel Air Media. La diffusion de l’oeuvre en deux épisodes de1h30 est prévue courant 2014 sur la chaîne franco-allemande ARTE.

François Duplat, Anne Tardieu, Charles-Henri Bradier

Nous avons rencontré Charles Henri Bradier, directeur adjoint du théatre du Soleil, François Duplat, producteur de la société Bel Air Media, ainsi qu’Anne Tardieu, directrice de production.

Aux origines du projet

Fille d’un producteur de cinéma (Alexandre Mnouchkine, Les films d’Ariane), Ariane Mnouchkine cherche dès la création de sa pièce Mephisto (1980) à assurer la pérénnité de son œuvre en portant à l’écran ses pièces à succès. La création de la chaîne culturelle ARTE apporte un soutien décisif à cette démarche. L’adaptation des Naufragés est l’aboutissement d’un long processus créatif dans lequel l’artiste se réalise totalement puisqu’elle s’empare de la réalisation et va-au delà d’une captation de spectacle vivant.

Dans la continuité de son travail dit « communautaire et collectif » au théâtre, la metteur en scène entreprend un travail de longue haleine avec son équipe artistique fidèle. Contrainte par les techniques de production du cinéma – temps réduit et financements limités – l’équipe a dû fournir un travail très important en amont pour construire le film et permettre à Mnouchkine de construire cette œuvre selon ses méthodes de travail traditionnelles d’improvisation et de partage.

Témoin direct d’un monde purement théâtral, Charles-Henri Bradier nous confie que le passage du théâtre au cinéma ne dénature en aucune façon la pièce originale. Rien ne se perd : au contraire, des éléments fictionnels ont été introduits et donnent au film son identité propre car n’oublions pas, comme le dit le producteur François Duplat, « le cinéma, c’est à l’origine du théâtre filmé ».

 Une production complexe

Le tournage du film débute en mars 2011 et connaît deux interruptions avant de se terminer à l’été 2012. En effet, le projet prend vite une ampleur inattendue. Face aux contraintes techniques, financières et artistiques liées à l’évolution continue de la conception de l’oeuvre, François Duplat s’est vu réagir et interrompre temporairement le tournage. La production redémarre lorsqu’Ariane Mnouchkine trouve un nouveau financement au Brésil avec le soutien de la SESC, une institution culturelle brésilienne. Le budget du film initialement prévu à 1,3 millions se voit triplé. L’oeuvre s’éloigne de la catégorie « captation de spectacle » pour devenir une œuvre de fiction. Le CNC et ARTE acceptent ainsi d’accorder une rallonge financière. La particularité de ce financement tient aussi dans l’investissement énorme du théâtre du Soleil et de son fidèle public, à travers le système de « DVD Mécène » en partenariat avec la FNAC qui consiste à vendre à des souscripteurs un DVD unique du film. Cette méthode a permis d’apporter au financement la somme non négligeable de 60 000 euros et témoigne une nouvelle fois du lien indéfectible qui unit Ariane Mnouchkine à ses spectateurs. Le producteur regrette que le système de financement audiovisuel français sépare si abruptement le cinéma de la télévision. Il s’agit ici d’un film de cinéma réalisé avec des moyens de production audiovisuelle. Les spectateurs chanceux du FIPA seront ainsi les premiers et peut-être les seuls à voir cette œuvre unique sur un écran de cinéma.

Le film sera projeté samedi à 9h30 à la Gare du Midi-Atalaya.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *