L’Homme Fidèle – Un casse tête amoureux en ouverture

Le Festival des Arcs fête ses 10 ans.

Dix ans de partage, de rencontres et de créations.
Dix ans qui ont permis au projet de Pierre-Emmanuel Fleurantin et Guillaume Galop de grandir et de s’imposer comme l’un des lieux incontournables pour la coproduction européenne aujourd’hui.

C’est d’ailleurs ce qu’ont rappelé respectivement le Directeur et le Délégué général du festival lors de la cérémonie d’ouverture.
C’est après avoir remercié tous les partenaires et personnalités qui ont permis au Festival de s’affirmer depuis ces dix années que les deux hommes ainsi que toute l’équipe du festival ont déclaré ouverte cette dixième édition.

Et cette année c’est avec la France que le Festival ouvre ses portes, puisque c’est L’Homme Fidèle qui lance la compétition.

Ce casse tête amoureux est le deuxième long métrage de Louis Garrel, après Les Deux Amis en 2015. On y retrouve Laetitia Casta en femme fatale manipulatrice et Lily Rose Depp en jeune femme amoureuse et impérieuse. Et ce n’est autre que Louis Garrel lui même qui vient donner la réplique aux deux femmes.

Le film débute par une scène scotchante entre Marianne (Laetitia Casta) et Abel (Louis Garrel). Marianne annonce à Abel qu’elle est enceinte. Enceinte oui, mais de Paul, son meilleur ami.
Abel, désabusé, quitte alors le foyer. Ils ne se reverront que 10 ans plus tard, lors de l’enterrement de Paul, mort subitement dans son sommeil. Abel recroise aussi Eve (Lily Rose Depp), la petite soeur de Paul. Eve est amoureuse d’Abel depuis son enfance et rêve de séduire enfin celui qu’elle convoite depuis tant d’années.
Au milieu de nos trois protagonistes arrive Joseph (le brillant Joseph Engel), le fils de Marianne et Paul. Jaloux et possessif, il viendra semer d’embuches le parcours d’Abel dans sa reconquête de Marianne, insinuant même que sa mère aurait tué son père.

Ce triangle amoureux d’une heure quinze mêle 3 genres en un, alliant semi-thriller, comédie romantique et farce, puisque le réalisateur et son co-scénariste Jean-Claude Carrière empruntent beaucoup au marivaudage dans ce film.

Le ton, porté par les voix off des 3 protagonistes, est fin et délicat. Les rires fusent à plusieurs reprises dans la salle.
Mais outre son aspect comique, le film questionne et chamboule les faits pré-établis. Garrel redéfinit ici les rapports de séduction, puisque ce sont les femmes qui en sont les détentrices, face à un homme dont on parait presque se jouer.

C’est aussi une première pour nos acteurs, d’une part pour Garrel et Casta qui se retrouvent pour la première fois à l’écran (alors qu’ils sont en couple à la ville), mais aussi pour Depp qui joue pour la première fois en français.

Louis Garrel et Lily Rose Depp ne pouvant être présents lors de la projection, c’est Laetitia Casta seule qui est venue soutenir le film devant une salle Bernard Taillefer pleine. Le film sortira le 26 décembre prochain en salles.

Un franc succès qui lance les festivités en beauté.

Clémence Decrop & Salomé Fleischmann