Où sont les femmes ? (au FIPA)

Où sont les femmes ? (au FIPA)

A Cannes l’absence de réalisatrice dans la sélection officielle a fait débat en 2013. Qu’en est-il au FIPA ? Sans porter de jugement (ou presque), nous avons voulu analyser la présence des femmes au sein du festival.

Commençons par l’équipe même du FIPA. L’équipe compte 29 membres dont 19 femmes, impressionnant ! On remarquera cependant que le poste de président et celui de délégué général sont occupés par des hommes. Pour les autres postes il nous reste donc 8 hommes au milieu de 19 femmes. Le FIPA discriminerait-il les hommes ?

Passons aux membres des 10 jurys. Nous ne prendrons pas en compte les prix Michel Mitrani et Jérôme Minet (composés uniquement d’hommes), ceux-ci étant des cas à part. Parmi les 19 membres des jurys, 7 sont des femmes. Nous n’atteignons pas l’objectif des 50/50 de notre gouvernement, mais on ne peut pas dire que les femmes sont absentes. Est-ce une volonté du FIPA ?

Allons voir du coté de la réalisation, selon les sélections la présence des femmes va de 0% pour la création internationale, à 50% pour le Smart Fip@ et même 63% pour la sélection « jeune création ». Ces chiffres veulent aussi dire que 8 sélections sur 10 présentent une majorité, voir uniquement des hommes.

Sur les 132 réalisateurs dont les créations ont été sélectionnées, 45 (environ 34%) sont des femmes. On est encore loin de l’égalité mais bien au-delà des chiffres avancés habituellement qui tournent généralement autour des 10% de réalisatrices. Les sélections présentant le moins de réalisatrices sont : la création internationale 0%, la série 8%, le documentaire de création 14%, la fiction 18% et la sélection musique et spectacle avec 23% de réalisatrices.

Il est intéressant de noter que les deux sélections présentant le plus de femmes sont les sélections les plus « jeunes », le smart Fip@ et ses nouveaux modes de narration et la jeune création. Si l’on exclu ces 2 sélections on arrive à 22 femmes pour 105 hommes (environ 21%).

Maintenant penchons nous sur 3 postes clés dans la sélection fiction : l’image, le son et le montage. Ici les chiffres ne sont pas très flatteurs :

–          A l’image seulement 1 femme pour 8 hommes.

–          Au son 1 femme pour 9 hommes.

–          Au montage 3 femmes pour 6 hommes. (C’est déjà mieux !)

Sur l’ensemble de ces postes on compte donc 18% de femmes.

Le tableau qu’offre le FIPA est donc nuancé. Au sein de l’équipe organisatrice et des jurys les femmes sont bien présentes. On pourrait se demander si certains choix n’ont pas été faits en prenant en compte cet élément.

Parmi les 132 réalisateurs, nombre d’entre eux sont des réalisatrices. Plutôt mieux représentées que dans le paysage audiovisuel habituel, elles sont même majoritaires au sein des sélections « jeunes ». Cela signifie-t-il que l’avenir de l’audiovisuel comptera plus de femmes ou que celles-ci très présentes au début, finissent par se heurter au plafond de verre ? Nous ne pouvons qu’espérer que la première supposition soit la bonne. Verdict dans 30 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *