Rencontre avec Sébastien Onomo, producteur multi-facette

Aujourd’hui Sébastien Onomo, producteur aux Films d’ici et ancien élève d’Ina Sup.

Bien arrivés à La Rochelle, installés dans notre… confortable appart’hôtel, situé dans un quartier disons… heu… pittoresque ? nous avons entrepris depuis hier,  de découvrir en profondeur le Sunny Side, le marché du film documentaire. Et cela passe par une série de rencontres avec des acteurs du milieu de production audiovisuelle.

DE NOMBREUSES PRODUCTIONS

Producteur présent dans tous les domaines, Sébastien Onomo travaille actuellement sur trois projets, un long-métrage de fiction – Le Gang des Antillais, réalisé par Jean-Claude Barny, un projet d’animation et il vient également de terminer un documentaire sur Léon Blum qui sera diffusé ce jeudi 23 juin sur France 3 à 23 heures.

Les Films d’ici, une société de production présente sur tous les terrains, aussi bien la fiction que le documentaire, pour la télévision et le cinéma, avec toujours le même désir « accompagner une vision d’auteur ».

Car choisir un projet, comme nous l’a détaillé Sébastien Onomo, est une affaire sérieuse et un choix, parfois cornélien, qui peut influer sur la vie d’un producteur pendant des années. Pour lui, trois critères doivent entrer en compte lors de cette sélection.

Le premier est celui du sujet, et son adéquation avec l’auteur, sa force aussi. Le second est la qualité de l’auteur à pouvoir porter ce projet jusqu’au bout et le troisième est plus personnel : voir si le producteur à vraiment envie de passer ou non plusieurs années avec un auteur qu’il verra « plus que sa propre famille ». Comme pour Le Gang des Antillais, projet qu’il développe depuis six ans.

ET INA SUP ALORS ?

Ancien étudiant (de la seconde promotion), Sébastien Onomo a également évoqué avec nous son parcours fulgurant d’Ina Sup aux Films d’ici.

Sa principale recommandation fut celle de construire, encore et toujours, un réseau et de se faire connaître et reconnaître. Et cela débute dès la formation. Un réseau qui se construit entre les étudiants comme celle de sa rencontre avec une étudiante du CEEA – école de scénaristes – avec laquelle il avait réalisé un travail en binôme de développement auteur / producteur, auteure plus tard scénariste d’un film d’animation qu’il a produit.

De l’’importance du réseau, une formation solide et utile, ce sont là les clés nécessaire à la confection d’une carrière de producteur florissante.