En route vers le FIPA 2018

Le Festival international des Programmes Audiovisuels de Biarritz, le FIPA débute le mardi 23 janvier. Comme chaque année, professionnels et simples spectateurs partageront sur grands écrans la découverte des programmes qui feront la télévision de demain.

 

Après la cérémonie d’ouverture présentée par la journaliste Estelle Martin, Biarritz vivra au rythme des programmes sélectionnés par le jury du FIPA. Du matin jusqu’au soir, de mardi jusqu’à dimanche les sept salles de projections de la ville rempliront les écrans noirs de différentes productions venus du monde entier.

 

Comme chaque année, un pays sera mis en lumière. En 2018, Israël aura les honneurs du festival. La série Fauda , où l’on suit les aventures de forces spéciales israéliennes traquant un terroriste, ouvrira le bal après la cérémonie d’ouverture. S’ensuivra dans les prochains jours des fictions, documentaires et des masters classes afin d’évoquer et de montrer aux professionnels la vitalité du secteur audiovisuel israélien.

 

Comme dans tout festival, un prix viendra couronner les perles de ces prochains jours. Cinq catégories seront proposées afin de faire un tour d’horizons complet de la création audiovisuelle. Documentaire, fiction, série, création, musique et spectacle. C’est parmi une centaine d’œuvres que le jury décernera les précieux « FIPA d’or » afin de succéder à la fiction britannique SW et la série chilienne Ramona.

 

Mais le FIPA est aussi un lieu où l’on explore les innovations en pensant à la télévision de demain. Parmi celles qui pensent révolutionner la consommation de notre petit écran : la réalité virtuelle. Un secteur en plein boom accompagnant le succès connu par le jeu vidéo. Afin de nous projeter de pleins pieds dans un autre univers, plusieurs projets seront proposés. Parmi les expériences accessibles Nomads: Sea Gypsies de Felix & Paul Studios venue du Canada. Munis d’un casque, les téléspectateurs pourront participer à une rencontre intime avec les Bajau Laut, un peuple vivant depuis des siècles sur la mer, au large des côtes de Bornéo. D’autres œuvres du genre seront proposés dans le cadre du « SmartFestival » où un « hackaton » verra s’affronter des jeunes innovateurs autour d’un projet construit en 48 heures.

 

Parmi les films à voir, l’attention sera porté sur le film de Marie Drucker et Thierry Michel « Le courage de grandir » qui clôturera le festival. Ce film met en évidence les difficultés des enfants précoces à s’intégrer. Le reste du programme montrera dans des formats longs ou courts, avec des jeunes auteurs ou des plus confirmés, en fiction et en documentaire la diversité de la production audiovisuelle.

 

Quand aux professionnels, ils pourront réfléchir au futur du métier dans des espaces qui leurs seront dédiés. Tables rondes et débats sont au programme avec en point d’orgue les pitchs où producteurs et auteurs tenteront de trouver des financements à leurs projets afin de s’exposer sur les grands écrans des prochains FIPA.

 

Xanthopoulos Anita et Guyot Nicolas