[Sunny Side] France Télévision à l’heure de la Réforme de l’audiovisuelle.

C’est un Yves Jeannot guilleret qui introduit cette conférence très attendue par les producteurs de documentaires. Ce line-up de France Télévision se déroule dans un contexte de grands débats intenses sur l’avenir de l’audiovisuel public. La fameuse grande réforme est dans toutes les têtes et quelques éléments de réponse ont pu être apporté.

Delphine Ernotte, présidente du groupe France Télévisions en personne, est venue présenter la nouvelle politique de documentaires de France Télévision. Ainsi, le groupe se tourne désormais vers les nouveaux médias, de nouveaux formats et de nouveaux usages. Une opportunité, selon elle, de s’affranchir des contraintes du linéaire, d’innover et de toucher les personnes qui ne regardent pas la télévision traditionnelle. La présidente a appelé à faire cette révolution « ensemble » en s’adressant à la foule de producteurs présent dans la salle. Elle a voulu les rassurer en promettant que le budget à la création était « sanctuarisé ».

Pendant une heure, l’un après l’autre, les directeurs des unités de documentaires des différentes chaînes ont présenté leurs lignes éditoriales.

Le documentaire se « renforce » sur France 2 selon Cathrine Alvaresse, directrice de l’unité documentaire de la chaîne. « 25 nuances de doc » privilégiant le documentaire avec une patte cinématographique, « Infrarouges » pour les questions de sociétés, la chaîne se dotent de deux cases récurrentes pouvant intéresser les producteurs. Mais le documentaire à France 2 se diffusera aussi en Prime avec des films écrivant le récit national, l’histoire de France, essayant de répondre aux enjeux mémoriels. D’ailleurs, les premières images du film « Histoire d’une Nation » revenant sur les histoires diverses de l’immigration en France ont été montré en exclusivité au cours de cet événement. Enfin une place est accordée aux documentaires sur la nature avec l’annonce d’un nouvel épisode de la collection «Le plus beau pays du monde ».

Emmanuel Migeot, directeur de l’unité documentaire de France 3 prend ensuite la relève. La chaîne à dimension régionale souhaite raconter « La petite France » à travers des documentaires de découvertes, d’Histoire et de société. Mais France 3 mise aussi sur de l’innovation visuelle pour impressionner les producteurs, avec notamment un procédé de fiction-photo permettant à une photographie d’archive de prendre vie grâce à un acteur incrusté dans la photographie.

France 3 Régions mise de plus en plus clairement sur le local. « La proximité est la priorité de France 3 » selon les mots du directeur des antennes régionales Patrice Schumacher. Présentant comme un modèle de la production régionale « La Grand-Messe », documentaire suivant ceux qui prennent la route du Tour de France en caravane a été présenté. Une forte ambition se dégage de cette présentation pour les antennes régionales souhaitant tout autant que ses grandes sœurs prendre le virage du numérique. Trois thèmes seront mis à l’honneur pour la prochaine saison. Les « désobéissants » c’est à dire les lanceurs d’alertes, l’esprit public et ceux qui se battent pour le mieux vivre ensemble, et enfin le « senior power » pour montrer une facette optimiste de la vieillesse. Un appel écouté par beaucoup de producteurs, surtout les jeunes, puisque cette antenne se veut la chaîne des premiers films.

C’ets ensuite Caroline Behar qui prend la parole pour France 5 : la chaîne exprime rapidement et fortement son désir à renforcer sa politique d’évènementialisation. Le documentaire, pierre angulaire de la chaîne, souhaite s’implanter encore plus dans la concurrence du prime-time, avec des cases comme le « Le monde d’en Face » qui ont fait parler d’eux cette année. Mais la principale nouveauté mise en avant était la série « Influences » proposant de suivre au cours de leurs processus créatifs des artistes importants. Le nom des 10 projets nommés ont été dévoilés dont un sur Isabelle Hupert.

Pour France Ô, Béatrice Nivoirs a rappelé les principes de la chaînes : multiplier les récits racontant l’histoire de la France diverses, sa singularité et perpétrer la visibilité des femmes et des hommes d’Outre-Mer. Une collection « Archipel » diffusé en Prime-Time permettra à 9 films de suivre ces intentions dont le documentaire « Nos paysans d’Outre-Mer ». La chaîne compte aussi revenir sur des polémiques actuelles telles que le futur référendum en Nouvelle -Calédonie, ou le sort des réfugiés notamment en Guyane. En deuxième partie de soirée les films musicaux seront mis à l’honneur et la chaîne compte insister sur les enjeux écologiques contemporains avec des documentaires en access et en Prime-Time.

France Télévision souhaitait que l’on retienne que la réforme se « tourne vers l’avenir ». Mais au moment des questions-réponses, les doutes des producteurs se faisaient jour. La peur de voir apparaître un guichet unique et de perdre la singularité de la diversité de la création française ont été exprimé. On notera aussi l’absence de présentation de France 4, chaîne vouée à migrer vers le digital avec la réforme. Toujours aussi floue…

Nicolas Guyot

Korotoumou Dabo