Archives par mot-clé : Ik Alleen In De Klas

Ik Alleen In De Klas

La réalisatrice, Karin Junger, ne voulait pas faire ce film. Elle a toujours élevé ses enfants métis sans considérer que leur couleur de peau pouvait représenter une différence, un problème. Ses enfants ont grandi et la famille s’est alors retrouvée confrontée au racisme ordinaire qui imbibe la société néerlandaise. Elle s’est décidée à faire un film après avoir reçu une photo de sa fille ayant pour légende « moi seule dans la classe » (Le titre du film). Sur cette photo sa fille Crystal est la seule noire dans l’amphithéâtre de son université. Elle a ensuite échangé avec les amis de ses enfants et s’est rendue compte qu’ils partageaient des expériences similaires mais qu’ils n’en avaient jamais discuté entre eux.

Elle a décidé de les réunir dans une villa afin qu’ils puissent partager leurs expériences à travers des séances collectives de théâtre thérapie, qui font partie intégrante du film. Les protagonistes rejouent les expériences discriminantes qu’ils ont traversées. Ils se peignent le visage pour symboliser les personnages blancs. Le film adopte des airs d’émissions de télé-réalité, le reste du film étant constitué de scènes de vie quotidienne entre les jeunes.

Pour conduire son propos, la réalisatrice passe essentiellement par une fibre émotionnelle, avec des séquences de témoignages qui finissent en larmes, plus que par une analyse et un réel regard sur leur société. Malgré la forme choisie, de prime abord assez originale, le film ne parvient pas à éviter les écueils. Il s’encombre avec des scènes de pathos inutiles au sujet.

Njoki Nyoli, Justine Arsene et Elodie Jové-Nel