Un samouraï au Vatican : une coproduction internationale à l’honneur

Pour sa 29ème édition, le Sunny Side of the Doc met une fois de plus la coproduction internationale à l’honneur.

Cette première journée de festival se cloture en effet par la projection du documentaire franco-nippon-mexicain, « Un Samouraï au Vatican ».

Réalisé par Stéphane Bégoin, le film de 52’ retrace l’histoire presque inconnue d’Hasekura Tsunemaga.

Entre 1613 et 1620, ce samouraï et son compagnon de voyage, le moine Luis Sotelo, parcoururent continents et océans afin de négocier avec le roi d’Espagne l’ouverture d’une route commerciale.
Commandée par un puissant Shogun du pays, cette Mission Keicho  devait créer un chemin concurrent à celui de la Route des Indes.
Au cours de ce long voyage, Hasekura Tsunemage fût l’un des premiers samouraïs à se convertir au catholicisme, ce qui ne fut pas sans conséquences sur l’histoire de son pays …

En plus d’être incarnée par deux acteurs qui viennent donner vie à Hasekura Tsunemaga et Luis Sotelo, l’enquête est menée par
l’historien espagnol Jesus San Bernardino, un spécialiste du sujet qui vient nous éclairer sur cette zone d’ombre du passé.
En effet ce documentaire, à travers le récit d’une figure historique japonaise, détaille la complexité des relations diplomatiques entre l’Asie et l’Occident à cette époque, puisque le dialogue entre Japon et Europe se ferma pendant près de deux siècles à l’issue de cette mission.

Mais Un samouraï au Vatican est la preuve vivante que nos deux continents sont aujourd’hui plus proches que jamais.
Comme le précise Yuri Sudo (co-producteur chez NHK, la chaine publique nippone), ce projet est né d’une collaboration « authentique » entre la France, le Japon et le Mexique, puisque l’enquête fût menée sur ces trois continents (Europe, Amérique du Sud et Asie).
Il fallut donc prendre en compte plusieurs impératifs dus aux distances géographiques et aux différences culturelles et linguistiques. Mais ce fût aussi des expériences de partage et d’enrichissement entre ces trois équipes.

Coté français, nous retrouvons Stéphane Millière et Virginie Guibbaud de Gedeon Programmes pour la production, Arte en co-production et Terranoa pour l’exportation. La Belgique est également partenaire du projet via AT Prod et Casa Kafka Pictures et leur apport en Taxe Shelter.
Coté nippon, c’est NHK et la Japan Fondation qui ont permis au projet de voir le jour.

Présenté par Stéphane Millière (Gédéon) et Yuri Sudo (NHK) dans un cadre atypique,  la salle de l’Aquarium de la Rochelle, le film fût suivi d’un cocktail aux saveurs franco-japonaises, accompagné d’un doux couché de soleil rochelais.

De quoi lancer cette 29ème édition en beauté.

Clémence Decrop