Une matinée à Getty Archives

 

Getty Image ©

1 – Introduction : Getty Image et Getty Archives

Fin janvier, à l’occasion d’un séjour à Londres organisé dans le cadre du master Patrimoines audiovisuels (Ina SUP),  nous avons passé la matinée dans les entrepôts Getty Image où sont entreposées toutes les archives de la célèbre société audiovisuelle.

Fondée en 1995, l’agence américaine s’impose rapidement comme l’un des acteurs majeurs de la vente d’image. À l’instar de Google, Getty se démarque par une stratégie de développement exponentielle. En quelques décennies et afin de contrer la concurrence sur Internet, l’agence multiplie les acquisitions et se dote bientôt d’un fonds photographique colossal.

2 – Visite de l’entrepôt avec Mel Hough, conservatrice

Melanie Hough, conservatrice chez Getty Archives – Crédit : Poscow

 

En effet, l’entreprise a acquis plus de mille collections ces vingt dernières années, soit plus de quatre-vingts millions d’images.
Ces archives sont regroupées à Getty Archives, où se trouvent les entrepôts mais aussi les laboratoires pour restaurer et exploiter les archives.

La société dispose de nombreux fonds le plus souvent tirées de la presse, tels que les fameuses archives Hulton (Picture Post).  Les archives conservées à Getty Archives se composent d’une large gamme de supports allant des tirages originaux aux daguerréotypes ou encore aux plaques de verre.

Les entrepôts de Getty  Archives – crédit : Poscow

Conserver quatre-vingts millions d’archives est un véritable défi pour les archivistes. Outre les préoccupations commerciales, la numérisation reste encore aujourd’hui une tâche incontournable.

L’entreprise numérise environ trente mille images par an, ce qui ne représente qu’un pourcent de leurs collections.

3 –  Qu’est-ce qu’un Drum scanning

crédit : Poscow
Le drum-scanner ou « scanner à tambour » – crédit : Poscow

Le drum-scanner (ou scanner à tambour) permet de numériser un grand nombre de tirages en très peu de temps. La grande force de cette machine popularisée dans les années 1990 repose dans sa capacité à traiter différentes générations de tirages, du négatif au contretype.

4 – Visite du labo photo

Deux tirages d’un même élément fait selon différents procédés chimiques et sur différents supports papier – crédit : Poscow

 

Au programme : comparaison de divers procédés de tirage argentique – crédit : Poscow

Si l’on se retrouve uniquement avec le négatif, il est important de faire un contrôle qualité des meilleurs matériaux (chimies et papiers d’impression) afin de réaliser un tirage le plus fidèle possible au négatif original.

5 – Visite du labo conservation avec Emma Lowe

photo : Poscow
Emma Lowe – Restauratrice photo à Getty Image – crédit : Poscow

Le laboratoire d’Emma représente une des nombreuses faces cachées de Getty. Son travail représente une étape clé dans la chaîne archivistique. Il s’agit de retracer la genèse du tirage non pas au travers de sa documentation mais de sa composition même.

Les nombreux tests effectués permettent de comprendre le processus de dégradation d’un tirage afin d’envisager au mieux sa conservation et d’évaluer les meilleurs procédés de restauration.

On constate différentes réactions en fonction des supports, des procédés chimiques et de l’époque du tirage.

Un film transparent permet de prendre notes des agents chimiques utilisés lors des expérimentations – crédit : Poscow

 

Emma nous présente ici différentes expérimentations sur des tirages sur papiers albuminés :

Restaurer, c’est avant tout expérimenter de nouveaux procédés chimiques. Ici, un tirage sur papier albuminé sec, enroulé sur lui-même, inexploitable. – Crédit : Poscow

Les tirages sur papier albuminés se conservent dans un environnement humide. La présence d’un humidificateur d’air permet de réguler l’humidité de la pièce.

Ci-dessus, des tirages placés dans une boîte à gâteaux en plastique afin d’en préserver l’humidité, dans l’attente de futures expérimentations. crédit : Poscow

 

6 – Fin du parcours avec l’intervention de Matthew Butson, vice président

Matthiew Butson – crédit : Poscow

 

Quels sont les projets de Getty pour l’année 2019 ?

L’entreprise souhaite renouveler son image et ouvrir l’accès à leurs archives dans la mise en place de nouveaux partenariats.
En plus de renforcer la collaboration avec les sociétés de production pour la réalisation de documentaires à base d’archives, Getty souhaite intégrer les réseaux institutionnels et archivistiques.

Comme le soulignait Matthew Butson, ces nouveaux projets soulèvent évidemment des enjeux complexes. En effet, comment valoriser le travail autour des collections et rendre compte de leur valeur patrimoniale au-delà des considérations commerciales et juridiques de l’entreprise ?

Des projets comme la création d’activités pédagogiques autour de l’éducation à l’image ou encore la création de storytelling (par Mel Hough) sur les réseaux sociaux soulèvent évidemment cette dualité  présente entre les secteurs institutionnels et commerciaux.

 

Article : Pauline Scopetani et Olivio Segura