Une matinée avec la commission technique de la FIAF

 

fiaf logo
Capture d’écran de l’événement sur le site Il Cinema Ritrovato

 

Le Festival Il Cinema Ritrovato est un lieu d’échanges pour les professionnels : lors de sa présentation Céline Ruivo de la Cinémathèque Française et directrice de la Commission Technique de la FIAF a présenté les problématiques liées à la communication de la documentation lors de projets de restauration de films. En parallèle, Camille Blot-Wellens (chercheuse et restauratrice indépendante) a détaillé son important travail de recherches axé sur la datation des éléments filmiques dans les archives.

La documentation du processus de restauration

Lors d’un projet de restauration de film, les professionnels des archives audiovisuelles (archivistes, conservateurs et laboratoires) sont confrontés à une problématique similaire : l’échange et la mise en commun d’une documentation technique liée au processus de la restauration. Lors de son intervention du 27 juin 2017, Céline Ruivo a mis en exergue le manque d’homogénéité entre les institutions elles-mêmes et les laboratoires concernant cette documentation, aussi importante qu’inhérente à la conservation des films. Selon elle, la constitution d’un dossier de restauration – au même titre que les métadonnées –  vise à  informer à la fois sur l’état des supports et les techniques de restauration à appliquer aux films anciens.

perforations déchirées
Pellicule 35mm avec perforations déchirées. Source : DVDClassik.com

 

Pour introduire la réflexion sur le besoin d’homogénéiser la documentation technique d’une restauration, Céline Ruivo, a présenté des rapports techniques de différentes institutions de la Cinémathèque française en passant par la Filmoteca de Catalunya ou encore la Cineteca Nacional de Mexico. Le constant est troublant, aucune des trois cinémathèques citées ne présentent les mêmes informations dans leur « constat d’état » (terme utilisé par Céline Ruivo, pour caractériser un document destiné à la restauration physique d’un support filmique).

Une documentation généralisée par la FIAF

Suite à cette observation, la Commission Technique de la FIAF travaille actuellement au projet de création d’un « FIAF Restoration Report » dont l’objectif serait d’harmoniser les vocabulaires documentaires professionnels pour assurer une meilleure transmission des informations techniques entre les cinémathèques, les laboratoires et assurer ainsi une compréhension de tous des opérations de restauration des films.

restauration physique film
Restauration physique d’une pellicule 35mm. Source : Cineteca Bologna

 

Lors de son exposé, Céline Ruivo a proposé une solution, réfléchie directement avec la Commission Catalogage et documentation de la FIAF, pilotée en France par Laurent Bismuth (CNC – Direction du Patrimoine cinématographique).  La difficulté d’harmoniser le vocabulaire documentaire réside dans la différenciation entre les défauts techniques des films et les choix esthétiques (en tant que caractéristiques techniques originales). La subjectivité apportée dans les choix techniques en vue d’une restauration est donc évidente et c’est pour limiter les impacts négatifs de cette dernière que Céline Ruivo a proposé des méthodes de travail cohérentes, concises et applicables par les institutions en charges de films à restaurer.

Une solution globale et concise

La proposition d’une documentation du processus de restauration s’oriente vers une rédaction en quatre temps : une documentation dite analytique (approche synthétique de l’oeuvre et explication des choix de restaurations envisagés), puis une documentation technique, liée au choix techniques envisagés par le laboratoire (techniques  de restaurations et enregistrement des machines utilisées). Dans le troisième temps, une note relative au contrôle de la restauration est à envisager, avant la rédaction d’un rapport final synthétisant les objectifs de la restauration (atteints ou non). Il semble évident que ces éléments doivent être conservés, par les institutions pour assurer un suivi optimal de la vie du film restauré mais également à titre informatif en vue d’une éventuelle restauration future.

Identifier un film grâce au edge marking :

Dans le cadre du Film Identification Project mené par la FIAF, Camille Blot-Wellens (chercheuse et restauratrice indépendante) a fait part de son travail de recherche concernant les indications produites par les fabricants de pellicules, plus connues sous le terme de « edge marking« . Cette pratique consistait a inscrire une suite de lettres ou de chiffres (parfois des symbôles) à côtés des perforations et ces inscriptions ne devenaient lisibles qu’au développement des films.

edge marking Kodak
Photographie des perforations d’une pellicule 35mm avec edge marking Kodak.

Le principe du edge marking permettait une codification du matériel en toute confidentialité par le fabricant.

Rappelant le travail de Harold Brown et son apport considérable à l’identification des premiers films grâce aux éléments physiques, Camille Blot-Wellens a fait part de l’intérêt de décrypter les indications de types edge marking pour faciliter l’identifications des films.

Harold Brown Manuel 1990
Page de couverture du Manuel d’Harold Brown, publié par la FIAF en 1990.

 

Cependant, les principes de codification du edge marking est toujours aujourd’hui un secret. En effet, la plupart des fabricants de films n’ont pas conservé dans leurs archives les principes de codifications des films.  Aussi, Camille Bloch-Wellens n’a pas manqué de remercier les nombreuses personnes ayant participé à ses recherches aux seins des cinémathèques du monde entier. Elle a également insisté sur l’aspect collaboratif de sa démarche et sur la nécessité d’une plus grande collaboration entre les institutions et les fabricants pour rechercher et décrypter ces symboles, qui permettent d’identifier séquences, versions ou plus globalement des œuvres auparavant estampillés « films orphelins ».

 

Précédentes éditions du Festival Il Cinema Ritrovato :

Il Cinema Ritrovato 2016

Il Cinema Ritrovato 2015

 

La Commission Technique de la FIAF